25 septembre 2020
Quand la pelouse synthétique vient remplacer la pelouse naturelle

Quand la pelouse synthétique vient remplacer la pelouse naturelle

Plusieurs sont les prétextes pour se détacher du gazon naturel. En effet, on peut désormais profiter des alternatives à la verdure naturelle  tout au long de l’année sans interruption ou sans attente. Les soucis liés à la présence de la boue ou les averses n’existent plus surtout pour les terrains de sport.

Un revêtement de sol apprécié avec le temps

La présentation pour la première fois de la pelouse synthétique a été faite en 1965 pour des raisons sportives. Cela a été introduit dans l’Astrodome au Texas plus précisément à Houston. À partir de là, l’utilisation des gazons synthétiques sur de nombreux terrains de sport s’enchaine dans les années 70. Malgré qu’ils fussent d’une praticité innovante, de nombreux joueurs ainsi les spectateurs n’étaient pas encore convaincus. Les raisons étaient tout simplement dues aux faits que le gazon fabriqué entrainait des caractéristiques de jeu différentes de celles du gazon naturel. De plus, la rigidité de la matière causait pas mal de blessures aux joueurs sur le terrain. En constatant cela, les fabricateurs ne cessent d’améliorer la qualité. Ainsi,  on a utilisé des matériaux beaucoup plus adaptés. Aujourd’hui, on retrouve le gazon synthétique en dehors des contextes sportifs : jardins, terrasses, sites industriels, etc.

Les particularités dans la forme et dans la consistance

Dans le choix d’une pelouse synthétique, il faut prendre en compte la densité. Plus la densité est élevée, plus la pelouse se réchauffe en été. À mesure que le gazon dispose d’une certaine hauteur, il dégagera une impression plus réaliste. Dès 40mm, la fibre qui constitue la pelouse se recourbe sur elle-même. En outre, il y a la DTEX qui est le rapport entre le poids et la longueur permettant de définir la section de la fibre. Par ailleurs, le poids du gazon peut être un critère de sélection dans la mesure où l’on envisage de vendre le produit ou pour valoriser la richesse de celui-ci. On n’oublie pas dans ses critères, la couleur. On retrouve en général sur le marché, différentes teintes de verts, de jaune et même de beige pour un effet « herbe sèche ». Plus c’est vert et lumineux, moins c’est réaliste. Enfin, il y a la composition. Les pelouses sont souvent l’assemblage de différents polymères permettant de répondre plus largement aux différents emplois.

Des gazons spécifiques pour chaque contexte

Dans la plupart des cas, la pelouse synthétique est utilisée, soit à des fins décoratives, soit pour des utilisations sportives. Le gazon choisi sera déterminé en fonction de sa sollicitation. En effet, des gazons seront plus piétinés que d’autres qui serviront juste d’ornement. Ainsi, le choix de la fibre, c’est-à-dire l’unité de matière constituant l’ensemble est primordial. Il y aura des fibres plus souples ou plus résistantes. Adaptées à plusieurs situations, certaines auront plus de longévité que d’autres. Selon les fibres, il y a donc plusieurs types qui s’adaptent à telle ou telle circonstance. Pour les jardins, il faut une hauteur moyenne, pour les tours de piscine, il vaut mieux un gazon résistant aux produits chlorés. Pour les aires de jeux, un gazon ni trop résistant ni trop doux fera l’affaire. Pour les terrasses, les gazons de 20 ou 30 mm de hauteur sont conseillés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *